Relaxation et grossesse, expérience unique !
Articles récents
Maladie de Crohn : quels traitements naturels ?

Maladie de Crohn : quels traitements naturels ?

01 décembre 2021

Soulager la maladie de Lyme par traitements naturels

Soulager la maladie de Lyme par traitements naturels

18 novembre 2021

Comment gérer une crise d’angoisse ? Nos conseils.

Comment gérer une crise d’angoisse ? Nos conseils.

08 novembre 2021

Relaxation et grossesse, expérience unique !

Prendre un moment pour soi pour méditer, visualiser, respirer ou tout simplement se relaxer est essentiel pendant cette période où l’esprit et le corps sont en plein bouleversement. La relaxation pour les femmes enceinte aidera à réduire votre anxiété, à renforcer le lien avec votre bébé ou à mieux faire face à l’accouchement.

Bien plus qu’un simple bain, un moment de bien-être, la flottaison en isolation sensorielle pendant la grossesse présente de réels bienfaits physiques et psychologiques.....

Se laisser porter...

« Toi que je porte en moi, rejoignons-nous dans des états identiques d’apesanteur !.. »

Si l’on y pense, nous sommes tous nés après 9 mois de flottaison dans un merveilleux « caisson organique »,bercés dans un bain de liquide amniotique à température corporelle, grâce à celle qui nous propulsera ensuite vers un monde rythmé de bruits, d’informations en tous genres que notre cerveau devra traiter en permanence.

Pendant la grossesse, notre corps de femme s’adapte au fil des mois pour accueillir ce petit être et le faire grandir, le préparer à son arrivée « au grand air ». Cette métamorphose du corps, certes progressive, n’est pas sans conséquences. Nos mouvements se trouvent petit à petit réduits jusqu’à dépendre parfois de quelqu’un d’autre, même pour enfiler ses chaussettes !

Se sentir plus légère...

Tout notre être est mobilisé dans cet accueil et bien que nous soyons conçues pour accomplir cette mission de donner la vie, il faut bien avouer que nous mettons plus ou moins entre parenthèses certains éléments de notre propre existence de femme pendant ces neuf mois. Nous nous en rendons plus ou moins compte, selon que nos vies avant cette métamorphose aient été plus ou moins rythmées, selon notre capacité d’accueil du changement corporel qu’engendre nécessairement la présence de ce petit être qui grandit en nous.. il n’en reste pas moins que beaucoup d’entre nous donneraient n’importe quoi pour se sentir plus légères !

Et que dire du bouleversement émotionnel, voire psychologique que la grossesse met en marche ?! Selon le moment de notre chemin auquel ce petit être arrive, selon le sens que prend pour nous la maternité, selon les besoins plus ou moins assouvis de l’enfant que nous avons été et qui sommeille toujours en nous, selon la résonance qu’a pour nous la création d’une cellule familiale, selon nos parcours de vie de femme active...nous parcourons ces neuf mois avec le cœur plus ou moins léger, des attentes plus ou moins grandes, des questionnements plus ou moins importants. Mais dans tous les cas, le bouleversement hormonal qu’engendre la grossesse ne laisse pas notre émotionnel indifférent.

S’offrir cette véritable mise en suspens du corps autant que de l’esprit, retrouver la légèreté, reprendre d’abord contact avec chacun de ses membres pour ensuite mieux s’abandonner, les sentir tour à tour se détendre..c’est ce que la flottaison en isolation sensorielle induit de façon à la fois douce et automatique. Plongé dans une eau à température corporelle, délicatement soulevé par l’action du sel d’Epsom, le corps passe en position horizontale sans aucun effort. N’ayant plus à se concentrer sur le maintien de la gravité pour le tenir debout et droit, le cerveau se libère du calcul et du traitement permanent de l’information en lien avec cet alignement corporel. S’y ajoutent le fait d’être plongé dans un silence total et dans l’obscurité de ce cocon qu’est le Neopod.

Lâcher prise...

L’activité neuronale est également particulièrement importante pendant la grossesse pour participer à porter ce corps modifié, anticiper les mouvements devenus plus difficiles, fluidifier la digestion rendue plus compliquée par la compression placentaire et bien d’autres fonctions encore.

La sensation de lâcher prise qu’offre la flottaison en isolation sensorielle prend tout son sens côté corps. Mais ne pouvons-nous pas penser que cet état de libération d’espace pour notre conscience autorise également une connexion plus directe, plus profonde avec le fœtus ?! Bercés l’un comme l’autre dans un bain à température corporelle, sans rien d’autre à faire que de laisser aller cette belle énergie de communication fusionnelle qui prend alors tout son sens..quoi de plus tentant que de vivre ce que les membres de la communauté de la float therapy nomment « l’effet miroir » ?!..Force est de constater que les mouvements de bébé seront ressentis de façon décuplée par sa Maman détendue jusqu’au plus profond de ses articulations, les muscles nourris par le sel d’Epsom chargé de magnésium, l’esprit libéré, laissant place tantôt à la créativité, tantôt à au sommeil réparateur, tantôt à cet état Théta proche de l’état méditatif.

Comme nous l’évoquons régulièrement, c’est bien l’ensemble de notre cerveau qui se voit libéré de ses différentes missions premières dans la pratique régulière de la flottaison en isolation sensorielle. Au niveau cérébral, c’est le cortex préfrontal qui est particulièrement actif dans le rôle important de la naissance puis de la sensation des émotions...Emotions qui seront nombreuses au fil de la grossesse ! En effet, celui-ci est connecté à d'autres régions du cerveau, dont certaines comme la substance noire contrôlent la dopamine, la noradrénaline et la sérotonine, des neurotransmetteurs impliqués dans le contrôle de l'humeur.

Dans ce moment de vie si particulier qu’est la grossesse, les scientifiques ont justement mis en lumière que chacune d’entre nous présente une diminution de la matière grise dans les régions associées aux aptitudes sociales, comme la perception et l’interprétation des désirs, des émotions, des intentions et de l’humeur. Ces modifications concernent toutes les femmes enceintes, même celles ayant eu recours à une fécondation in vitro...mais ne souriez pas trop vite, Messieurs : ces diminutions n’ont aucune conséquence sur nos qualités cognitives ! Elles sont justement finement calculées pour nous préparer à cet énorme tsunami hormonal que représente la grossesse, minimiser le stress de l’accouchement et laisser place à l’instinct maternel. Il en sera d’ailleurs ainsi pendant en moyenne deux ans : seul notre artisan de la mémoire, l’hippocampe, sera actif dès la naissance de notre tout-petit.

Réguler les sécrétions hormonales...

L’espace laissé naturellement au cortex préfrontal, les modifications de l’activité cérébrale pendant la grossesse constituent nécessairement un changement important. La pratique de la flottaison en isolation sensorielle invite cet espace à se constituer de façon sereine. En effet, la relaxation qu’engendre la flottaison participe à diminuer le taux de cortisol, cette hormone sécrétée en période de stress, qui devient particulièrement néfaste lorsque le stress est vécu de façon chronique : le cortisol ayant pour but premier de déclencher l’alerte et mobiliser les fonctions physiologiques de l’organisme pour le passer en mode « survie », il va avoir pour mission de transformer le « gras » en sucres pour accéder à une plus grande énergie, accélérer le rythme cardiaque et de fait la pression artérielle. En cette période particulière de notre vie, le risque est accru de basculer vers un diabète gestationnel, une arythmie cardiaque ou de l’hypertension artérielle. La sécrétion régulière de cortisol bloque aussi celle des hormones équilibrantes, sources de bien-être que sont la dopamine et la sérotonine...engendrant potentiellement un sommeil perturbé et une plus grande fatigue.

La mise au repos de ces actions de régulation hormonale pendant la séance de flottaison va de paire avec l’activation de la fameuse fréquence théta, reconnue comme celle des visualisations et rêves très brefs qui s’enchaînent dans la phase de pré sommeil comme dans celle de la méditation.

Après avoir flotté coupée de ses sens, nichée dans la position qui lui sera confortable (pourquoi pas fœtale !?), c’est donc une future Maman ressourcée, plus légère et plus sereine qui sortira de son cocon !